Moulins et minoteries du Bocage ornais.

Tome 1 Les moulins traditionnels des XVIIe et XVIIIe siècles

par Patrick Birée. 2022.

178 pages 20 Euros

Au cours du XIXe siècle, la meunerie est passée des moulins traditionnels aux minoteries. Les premiers voient leurs mécanismes actionnés par l’énergie hydraulique obtenu à partir d’une roue (plus rarement par l’énergie éolienne) et ils produisent une farine rudimentaire, de pauvre qualité. Les secondes , d’une architecture plus imposante, qui n’est souvent plus actionnée par la force des rivières, mais les machines à vapeur, les moteurs puis par l’électricité. Les cylindres et plansichters remplacent alors les meules et les bluteries . les farine e, les plus souvent élaborées à partir du blé, sont variées et de plus grande qualité nutritionnelle.

Dans le Bocage, plus de 300 sites ont été répertoriés au fil des quatre derniers siècles. 24 sont particulièrement étudiés

La meunerie est aujourd’hui un monde presque disparu. mais deux sites deux sont encore en fonctionnement, l’un pour la farine des moutures pour animaux, (au Moulin rouge au Châtellier, l’autre la minoterie Deslandes à Saint-Pierre-du-Regard. Quatre anciens moulins ont de plus été adaptés pour la fabrication d’hydroélectricité.

La Préhistoire dans le Bocage ornais et ses abords.

Par Dominique Cliquet, Antoine Chancerel, Emmanuel Ghesquière,

270 pages, 25 Euros

Une publication attendue A Rânes, près d’Ecouché, se trouve aujourd’hui le seul musée de Normandie sur la Préhistoire. Saint-Brice-sous-Rânes et Rânes sont les seuls ateliers de bifaces paléolithiques conservés dans le nord-ouest de la France.

Une aventure culturelle dans le temps et l’espace

Après la période glaciaire,  au Mésolithique, la faune et la flore se renouvellent,  l’Homme moderne s’accroît,  développe ses techniques. A Argentan, les  fouilles récentes en témoignent. Au Néolithique,  les sites gagnent le Bocage, marche vers l’ouest.  La Table au Diable à Passais est un des mégalithes les plus remarquables de l’Orne.

Des sites de premier ordre.  Ainsi, Sarceaux, unique en France,  Moulins-sur-Orne et son  enceinte sans équivalent.

Des auteurs. Reconnus en Normandie, en France et au-delà,  ils réactualisent les connaissances

Une référence pour le Bocage, pour l’Orne et pour la Normandie,

La famille Salles à La Ferté-Macé, par Michel Louvel, 2020, 18 Euros

La Ferté – Macé a la chance d’avoir un historien chevronné qui a déjà beaucoup donné .Son dernier travail publié par le pays bas – normand ( numéro 1 / 2 ; 2020 ) confirme le talent de Michel Louvel .Il ressuscite l’extraordinaire aventure industrielle  de la famille Salles .On entre au cœur d’une entreprise : son implantation ; ses techniques et machines ; ses produits ; ses comptes ; ses employés ; ses aléas : fortunes et infortunes .On suit la réussite sociale d’une famille de  » bourgeois conquérants  » , qui investit , qui prospère , qui adopte un genre de vie noble . Acceptant la République mais intimement liée à l’ Eglise catholique .Une enquête remarquable qui se lit comme un roman .Avec en prime une réflexion sur l’industrialisation , réussie grâce à un terreau de capitaines d’industrie issus de l’économie pré industrielle .Et une réflexion sur la désindustrialisation . Sans doute inévitable .Mais grave surtout par ce qu’il n’y a pas eu de relève . Ni de produits ; ni de capitaine d’industrie , comme l’exemple Salles le prouve pour le XIX eme siècle .Lire Michel Louvel éclaire ainsi les problèmes du présent par les exemples du passé (Jean-Luc Normand)